Kia ora !

Bienvenue sur notre blog, un petit aperçu de notre voyage de noces effectué en novembre 2014 en Nouvelle Zélande…un pays magnifique que l’on a envie de vous faire partager. En esperant que ces quelques conseils et photos vous donneront envie de partir aux antipodes !

Jérémy et Emilie

PANO_20141113_115346

Mardi 25 Novembre 2014

Ce matin nous quittons notre camping du bord du lac Taupo avec regret, car c’est réellement un petit coin de paradis…mais nous ne quittons pas Taupo pour autant, nous décidons de faire des emplettes dans le centre ville. Celui ci est situé au bord du lac et nous en profitons pour profiter de la vue majestueuse sur le lac et le Tongariro au loin. Emilie fait un petit tour au magasin de l’Armée du Salut (un vrai magasin super bien achalandé…et en plus on fait une bonne action), quant à moi j’enchaine avec un grand magasin de sport histoire de trouver des chaussures de trail pour une petite course que j’ai vu prochainement vers Auckland…mais ça c’est une autre histoire.

Avant de partir de Taupo nous faisons un crochet par le bord de la Waikato River, un des hauts lieux du saut à l’élastique de NZ et accessoirement de swing, la version « light » du saut qu’Emilie avait peut être envie d’essayer…mais quand on s’approche de la falaise de 50 mètres qui surplombe la rivière, bizarrement Emilie se rappelle qu’elle peut pas, elle a piscine.

bungee

Après cette tentative avortée si prêt du but nous nous dirigeons vers une des curiosités naturelles de la région, les chutes de Huka ou « Huka Falls« . Ces chutes drainent le lac Taupo dans la Waikato River et sont d’une puissance impressionnante…220 000 litres par secondes !

b89b399b-bd37-4f0c-9ab0-76c9531fe374_wm.jpg

En bref ça fait deux piscines olympiques à la secondes…les eaux sont de plus magnifiques car la puissance des chutes insère des micro bulles d’air dans l’eau qui se reflètent au soleil. C’est vraiment un spectacle grandiose, on sent la terre trembler sous nos pieds…il parait que certains malades s’amusent à descendre ces chutes en kayak.

Ces chutes font parties d’un immense réseau hydro électrique qui exploite les richesses naturelles de la région. Tout au long de la journée nous allons d’ailleurs voir les différentes sources de productions d’électricité de la région: barrages, centrales géothermiques …la Nouvelle Zélande a fait le choix du non-nucléaire et ça se voit ! A méditer… Nous profitons du magasin de producteurs de miel qui jouxte les chutes pour faire quelques achats de la spécialité locale, le miel de Manuka.

29af03e2-8c9d-4838-b979-794c172a2e73_wm.jpg

 

La région fourmille également de sites géothermiques « touristiques », signes d’une activité volcanique pas si vieille ! Nous prenons d’ailleurs la route pour Rotorua et sa région, un des hauts lieux de la culture maori, et principale site de géothermie dans l’Ile du Nord. Nous nous arrêtons quelques kilometres avant Rotorua pour visiter le site de Waiotapu, un des plus beaux sites naturels, les « Eaux Sacrées »en maori.

2aef90a5-0191-43ac-9c35-c9689cf642902_wm.jpg.jpg

Ce parc regorge sur 20 km2 de tout ce qu’il peut se trouver comme curiosité géothermique: geyser, soucis chaudes, sources ferrugineuses et autres piscines de boue. Le spectacle est visuellement fabuleux, mais olfactivement nettement moins appréciable.

6467c916-72c4-4b7d-80fa-20d0e27f8a802_wm.jpg.jpg

Ca sent le souffre partout…c’est à dire une odeur d’oeuf puissance 1000. La palette de couleurs (dues aux différents minerais présents dans l’eau) que l’on retrouve dans ces piscines naturelles est quand même magnifique et on en prend les yeux (et le nez aussi, ok).

 

29a29323-72b8-4b88-97f3-5392fbfb12e2_wm.jpg

799249ac-1567-4eb0-8afe-f29820c2c8a1_wm.jpg

5763fe60-2330-4b8e-b7d8-72fbaa8cc8722_wm.jpg.jpg

 

L’estomac un peu chamboulé par ces odeurs, on décide d’achever notre système digestif par un petit tour sur une des attractions bien débiles que seuls les NéoZ peuvent inventer: le Zorb ! Imaginez une jolie colline de prairie bien verte comme on en trouve en Nouvelle Zélande, prenez une grande boule gonflable, montez la boule en haut de la colline, installez vous dedans et c’est parti ! Sensations fortes et désordres gastriques assurés… Surtout que l’on complique la tâche en descendant sans eau à l’intérieur de la boule…erreur grave car l’eau stabilise la boule. On aurait du se méfier, les locaux prenaient l’option « eau » !

C’est donc les tripes en vrac que nous faisant la visite de Rotorua, un des berceaux de la culture maori. La ville est, tout comme sa soeur Taupo, situé prêt d’un grand lac, ancien cratère d’un volcan.  Ici aussi la géothermie est partout présente, jusque dans les jardins publics qui pétaradent dans tout les sens…et qui eux aussi sentent l’oeuf pourri.

6d93c96d-2f27-40fc-95ef-c440fe4fb39b_wm.jpg

 

 

Malgré l’odeur la ville est vraiment belle, un des énièmes mélanges anciens/nouveaux de la Nouvelle Zélande. Les bâtiments de styles victoriens côtoient les immeubles modernes, et les grands parcs publics jouxtent les sites maoris.

1bff4f7a-ca3f-458a-9045-d0acaae6b0a0_wm.jpg

Le site le plus majestueux est le Government Garden et le Rotorua Museum, un ancien bain thermal reconverti en musée de la ville…tout autour des jardins existent d’ailleurs encore une multitude de bains et spas.

b365a2c1-0fa5-4ca1-a3c7-0f3117061b64_wm.jpg

2142ccd1-fd3b-4db0-9736-536df46aef41_wm.jpg

 

326946b8-8bf7-4abb-8a3f-24fee9f57db5_wm.jpg

Mais, comme partout dans le pays , à 18h c’est opération ville morte…tout ferme et il ne reste plus que quelques restaurants pour attirer les touristes. C’est par contre ici que l’on se rend compte que Noel approche car les rues sont ornées de décorations…difficile de s’imaginer si prêt du 25 décembre quand ici on est en short et qu’on voit les gens se baigner dans le lac !

7d6599d0-43da-4908-9b7d-86fa3e7c9a58_wm.jpg

Nous continuons notre tour du centre ville en visitant les quelques commerces restés ouverts (ici le commerce 24/24 est tenu par des chinois!) et nous croisons en chemin quelques maoris qui pratique le salut maori ou hongi en se frottant nez contre nez. C’est l’équivalent de la poignée de mains occidentale, que les maoris peuvent faire en complément du hongi.

Nous prenons la route après avoir pris un repas à emporter, pour Emilie ce sera une grande spécialité du coin, le Cheese Naan…et oui ici on trouve de la cuisine indienne partout et ce n’est pas pour lui déplaire…quand à moi vous l’avez deviné si c’est à emporter c’est Fish and Chips ! Il faut avouer que l’on ne se jette pas vraiment sur nos plats tant l’odeur de souffre, présente tout au long de la journée, nous a bien perturbé le système digestif.

Nous roulons ensuite en direction de Matamata, situé à une heure de route, où se situe le village des Hobbits, que nous visiterons demain … Bilbo et Frodo, préparez l’apéro !

 

 

Lundi 24 Novembre 2014

Aujourd’hui nous nous levons sous un soleil radieux et faisons rapidement route vers le début de la randonnée du Tongariro, une de randonnées les plus connues de NZ et aussi l’une des plus fréquentées. Par chance nous sommes encore hors saison, et les touristes encore assez peu nombreux. Au programme 2h de route magnifiques, de très belles collines verdoyantes peuplées de moutons… Bref c’est la Nouvelle Zélande !

image

Nous arrivons ensuite à proximité du parc du Tongariro, près de la ville d’Ohakune, la capitale de la carotte… on ne s’y attarde pas et nous poursuivons vers le début de la randonnée, le parking de Mangatepopo. Nous passons près du viaduc de Makatote, un très ancien pont de chemin de fer.

image

Plusieurs choses sont à savoir au sujet de cette randonnée : tout d’abord en saison elle est surchargée (on parle carrément de bouchons sur le chemin !), ensuite ce n’est pas une boucle ce qui implique de se faire ramener au point de départ (en navette, bus, stop, dos de mouton…) et dernière chose le parking de Mangatepopo est peu sûr. C’est d’ailleurs difficile à comprendre et c’est un dur retour à la réalité que de se dire que même en Nouvelle Zélande, il y a des vols…mais bon même si la criminalité est faible elle n’est pas nulle. Alors autant faire attention et ne pas laisser trop de valeurs…donc je prends mon appareil photo !

Cette randonnée de 19 km commence au parking pour faire ensuite l’ascension des montagnes volcaniques du Tongariro, puis elle traverse de grandes étendues arides où règne une grosse activité géothermique pour enfin finir au pied du Blue Lake, un magnifique lac d’altitude. L’altitude de départ est de 1100 mètres, et le point culminant de la randonnée (le Red Crater) est à 1880 mètres…une petite ballade pour les 2 trailers que nous sommes !

Sur les conseils du guide de Scott Cook nous ferons la randonnée en aller retour, en allant jusqu’au Blue Lake. De cette façon on voit les plus beaux paysages et on évite d’avoir à réserver une navette pour le retour (ou de rentrer à dos de mouton…). De plus on est de ce fait beaucoup plus libre au niveau des horaires…

image

Nous nous engageons donc sur le sentier (après avoir vérifié l’activité volcanique sur le panneau d’entrée) vers 11h sous un franc soleil qui baigne la plaine au pied des volcans…coup de soleil assuré !

image

Déjà nous trouvons les premiers signes des anciennes éruptions (la dernière datant de 1977…donc pas si longtemps !). Nous longeons un petit cours d’eau qui a permis à une végétation robuste de prospérer au milieu des roches.

image

Peu après (et après être passé devant les fameuses toilettes made in NZ que l’on retrouve partout, même au pied d’un volcan !) nous attaquons la vraie ascension… qui consiste en une série de marches bien raides qui nous amènent au pied du Mont Ngauruhoe, la Montagne du Destin du Seigneur des Anneaux. Je propose à Emilie d’aller y jeter mon Alliance mais bizarrement elle tique un peu. Tant pis ma carrière de Hobbit est tuée dans l’œuf.

image

Nous avons énormément de chance car il n’y a pratiquement personne sur le chemin et nous pouvons profiter de panoramas grandioses rien que pour nous. Au pied du Mont Tongariro nous débouchons sur une grande plaine volcanique recouverte de sable jaune orangé…on se croirait sur Mars !

image

image

La suite de la montée nous amène au Red Crater, un cratère gigantesque, que nous contournons pour descendre vers le Blue Lake via un éboulis de scories bien vertigineux… au passage nous longeons de multiples cuvettes, les Emerald Lakes, remplies d’une eau de couleur bleue turquoise du fait des nombreux sédiments présents…

image

image

image

Il y a aussi énormément de fumerolles ce qui ne rassure que très moyennement Emilie. Ici il y a beaucoup plus de monde même si cela reste raisonnable. Au loin nous apercevons les eaux limpides du lac Taupo.

image

image

Nous profitons de cette vue grandiose pour pique niquer… puis nous faisons demi tour en laissant le reste du troupeau des touristes continuer…

image

image

Et c’est là qu’on s’aperçoit de l’intérêt d’avoir suivi les conseils du guide NZ Frenzy car le retour est encore plus majestueux que l’aller car nous sommes SEUL ! Plus personne sur le chemin, une randonnée rien que pour nous… en descendant les escaliers nous apercevons au loin le Mont Ruapehu sous la neige. C’est là bas que se trouvent les pistes de ski du Tongariro, les plus fréquentées de Nouvelle Zélande.

image

image

image

Nous regagnons notre camping-car sous un soleil toujours bien présent, et c’est bien fatigués que nous reprenons la route, direction Taupo et son lac. Au passage nous nous arrêtons sur une aire de repos avec une vue grandiose sur le lac Taupo et les plaines du Waikato.

image

Pour nous délasser je prends la direction du parc de Huka Falls Walkway, un grand jardin public situé le long de la Waikato River où se jette une source d’eau chaude…de quoi faire un bain bien sympa après cette journée.

image

Niveau intimité c’est très moyen car il y a beaucoup de monde, mais l’ambiance est plutôt bon enfant avec beaucoup de jeunes qui viennent ici pour l’apero du soir.

image

image

La température de l’eau est très agréable, plus on se rapproche de la source plus l’eau est chaude… nous restons une petite heure puis prenons la direction de notre havre de paix pour la nuit, un camping non loin du bord du lac, le Great Lake Holiday Park.

Ce lac est gigantesque et c’est clairement un des plus beaux pour nous. On comprend que la région est un lieu de vacances privilégié des Néo-Zélandais avec sa vue grandiose et son climat ensoleillé. Pour nous la soirée débute avec une bonne douche relaxante (et bonne bière relaxante elle aussi) puis repas avec vue panoramique sur le lac. On s’endort en se disant que l’on se verrait bien vivre à Taupo…

Dimanche 23 Novembre 2014

Après une bonne nuit de repos dans un VRAI lit, nous prenons un bon petit déjeuner en compagnie de Howard et en profitons pour faire plus ample connaissance. Sa maison est vraiment belle, avec des volumes dignes des maisons hollywoodiennes…nous profitons d’un café qui ressemble vraiment à du café (et non pas le sympathique café soluble que l’on boit dans notre camping car…) Bientôt un couple d’ami se joint à nous pour le petit déjeuner puis ensuite pour voir le match de rugby Angleterre-Nouvelle Zélande. Difficile de boire autre chose qu’une biere en regardant du rugby mais on s’y fait !

 

Nous débutons la journée en descendant sur le front de mer de Wellington, près du musée Te Papa, où se situe un marché très sympa, plutôt orienté gastronomie et bons produits. Un plaisir de se ballader le long des quais, les stands sont tous plus appétissants les uns que les autres, on trouve même un marchand de crêpes dont on peut bien se demander ce qu’il fout aussi loin de la Bretagne🙂

 


image

image

Le beau temps est de la partie et nous flanons le long du bord de mer, le navire de Sea Sheperd est toujours là et nous en profitons pour faire quelques achats…on poursuit plus loin avec l’entrainement des avirons. Encore une fois l’influence anglaise est bien présente, aviron, rugby, cricket…que des sports de gentlemen !

 

image

Plus loin je montre à Emilie une curiosité dont parle le guide des Frogs…une cabine de France Telecom sur une place de Wellington…étrange mais ça l’est encore plus quand on sait qu’on entend la Corse ! La même cabine est installée à Ajaccio, c’est un artiste corse qui a eu cette idée…Emilie est heureuse d’entendre ses racines (même si l’écouteur est un peu détraqué).

 


image

image

Nous enchainons avec un symbole, le Cable Car ou funiculaire de Wellington, une antique machine datant de 1902 permettant de s’élever jusqu’aux hauteurs de Wellington et ainsi profiter de la vue grandiose sur la baie. Le Cable Car est pratiquement celui d’origine et ce malgré les rénovations, il permet de franchir les 162 mètres de dénivelé entre le centre ville et Kelburn, un des plus beaux quartiers de la ville.

image

image

image

Arrivés en haut la vue est sublime, il n’y a pas un seul nuage et pas grand monde non plus…que du bonheur ! Pour redescendre vers le centre ville plutôt que de faire le chemin inverse nous empruntons le chemin qui traverse les Botanics Gardens, un immense parc de 25 hectares plantés d’une forêt native, d’une collection de plantes rares et de milliers de rosiers. Il est classé par la Nouvelle Zélande comme jardin d’utilité nationale !

image

image

Le jardin date de 1870, les plantes sont donc grandioses, là aussi c’est véritablement un jardin à l’anglaise avec des essences néozélandaises…on trouve même un grand parc pour les enfants où on se dit que Camille serait bien heureuse…

 

Nous traversons par la suite une roseraie magnifique bordée d’un terrain de cricket…et décidément on n’y comprend rien !

image

Pour regagner la ville on traverse un très vieux cimetiere datant lui aussi de 1870…assez mysterieux mais très joli. Ce parc débouche sur le quartier des affaires de Wellington, là où se trouve également le Parlement qui ressemble bizzarement à une rack de diapositives Kodak …les NéoZ trouvant plutôt que cela ressemble à une ruche !

 

Vient l’heure de faire un bon repas après ce trekking urbain…et là j’ai une idée derriere la tête…j’ai vu que quelque part dans le coin se trouve un restaurant sympa…et belge, donc un endroit où l’on boit de la bonne bière ! Il s’appelle le Leuven, en plein quartier d’affaire sur Featherston St.

image

image

Le décor est bien typique des restaurants du Nord et de Belgique, et la cuisine de même. Pour moi ce sera une saucisse stoemp (presque aussi bonne qu’au Restobiere de Bruxelles pour les connaisseurs…) accompagnée de Leffe puis Westmalle ! Le bonheur…Emilie fera plus simple avec quelques moules frites. Bien repus nous continuons notre périple sur le bord de mer de Welly qui décidement nous plaît de plus en plus sous ce soleil radieux. C’est vraiment une capitale à taille humaine où l’on se verrait bien vivre…un peu comme partout en NZ d’ailleurs en fait.

image

Nous continuons nos emplettes dans un magasin de sport du centre ville puis au magasin Canterbury de Lower Hutt, la banlieue de Wellington où je fais une razzia. La marque aux 3 kiwis est bien moi chère qu’en France, et j’en profite ! Nous quittons avec regrets les faubourgs de Welly, cela vaut clairement le coup de rester quelques jours pour visiter la région.

 

Nous prenons la route direction le nord de l’Ile, le temps étant prévu très beau pour demain, nous avons prévu de faire la fameuse randonnée du Tongariro. Pour cela nous empruntons la route 1, une des plus grandes du pays (mais bon ca va, c’est pas l’A8 aux heures de pointes…) qui longe la côte Ouest de l’Ile avec des vues magnifiques sur l’ile de Kapiti au large. La route est cependant vite monotone et nous nous arrêtons bien fatigués au village de Hunterville, au Queen Park, un parking aménagé en bord de route…pas le plus beau coin mais ça fera l’affaire pour 2 voyageurs fatigués !

image

 

 

Samedi 22 Novembre 2014

Aujourd’hui commence donc pour nous la dernière partie de notre périple, après deux semaines passées dans l’île du Sud nous allons faire la découverte de l’île du Nord. Une seule semaine pour tout voir c’est juste infaisable mais c’était notre choix dès le départ car nous pensions qu’il y avait plus de choses à voir dans l’île du Sud…pas forcément vrai mais cela nous donnera-encore ! – une raison pour revenir !

image

C’est donc de bonne heure et après une nuit agitée (si vous avez suivi nos aventures de la veille…) que nous embarquons à bord du ferry Interislander de 6h30…le temps est vraiment maussade avec une petite pluie fine et un bon vent froid. Un temps qui n’aurait rien à envier à la Bretagne ! C’est donc parti pour trois heures de traversée entre Picton et Wellington, la capitale de la Nouvelle Zélande. Pour cela nous empruntons les Malbouroughs Sound puis le détroit de Cook. 93 km de navigation, en principe un spectacle grandiose mais aujourd’hui nous restons bien au chaud à l’intérieur car les éléments sont contre nous. De relativement calme dans les Malbouroughs la mer devient déchaînée dès que nous sortons dans le détroit…et ce jusqu’à l’arrivée à Wellington ce qui nous empêche de bien voir l’arrivée sur la capitale.

image

Au programme ce matin direction le musée Te Papa, vu le temps il vaut mieux être au chaud à l’intérieur ! Ce musée est LE musée à visiter à Wellington, c’est un condensé de toute l’histoire de la Nouvelle Zélande à travers son histoire maorie, les colonisations, la nature…tout cela superbement mis en scène et en plus c’est gratuit ! Pour nous y rendre rien de compliqué , Wellington a beau être la capitale, elle reste à taille humaine. Nous nous garons sur le parking du musée qui est très pratique pour visiter la ville…et qui possède en plus des emplacements pour camping-car. Nous en profitons pour prendre notre temps pour visiter le musée, il est composé de plusieurs niveaux avec un thème sur chaque niveau.

image

C’est un musée très actuel, la scénographie est vraiment passionnante avec beaucoup de reconstitutions, de maquettes grandeur nature, d’interactivité…on trouve des temples maoris, des scènes sur la faune, toute l’histoire de la géologie et des catastrophes naturelles qui ont touché la NZ…de quoi passer un très bon moment.

image

Il y aussi des expositions temporaires où l’on rigole bien en retrouvant ce qui a marqué les années 90 !

image

Nous y resterons 2 heures mais il en faut beaucoup plus pour vraiment tout voir. La visite est gratuite mais un don est conseillé ce que nous faisons avec grand plaisir.

A notre sortie le temps n’est pas guère mieux, cependant on décide de faire un petit tour du centre ville…Wellington est, comme pratiquement toutes les villes de NZ, un habile mélange d’anciens et de nouveaux bâtiments, le mélange n’étant pas toujours très heureux.

image

La ville est néanmoins très sympa et dynamique, le bord de mer est superbement aménagé et il est très agréable de s’y promener. Nous faisons quelques emplettes dans le centre, avec un passage obligé à la boutique des All Blacks, ainsi qu’un petit tour dans un centre commercial du centre situé dans une ancienne banque, la Old Bank Shopping Arcade. L’extérieur est magnifique et l’intérieur encore plus !

image

image

Nous continuons la visite par Cuba Street, le quartier vivant de Welly, remplis de bars et de restaurants en tout genre…et c’est peu de le dire il y en a vraiment pour tout les goûts !

image

Nous optons pour notre part pour le Grill Meats Beer, restaurant de burgers maisons. Pas folichons mais ça rempli le ventre et arrosé d’une bonne bière ça passe ! Nous regagnons notre bolide pour la suite du programme…

…et c’est une surprise pour Emilie car pour ce soir j’ai réservé une vrai chambre chez l’habitant via Airbnb, et là c’est du bonheur ! Fini le camping, vive le luxe ! Nous nous dirigeons donc sur les hauteurs de Wellington dans le quartier de Brooklyn, chez Howard, un producteur de film qui nous accueille dans sa superbe maison, comme toujours l’hospitalité est au rendez-vous et on se sent comme chez soi. Les standards néo-zélandais au niveau de la taille des lits plaisent beaucoup à Emilie (un peu comme aux États Unis !)

image

Après une petite sieste et une douche bien chaude, direction le quartier de Miramar, en bord de mer, un des plus beau quartier de Wellington qui accueille les studios de Weta Workshop, la société de Peter Jackson qui a assuré les effets spéciaux, les costumes et autres maquettes du Seigneur des Anneaux.

image

image

image

image

image

On peut soit visiter juste le magasin attenant aux studios soit effectuer une visite plus complète…va pour la visite ! Elle est assez courte mais intéressante, c’est une technicienne du studio qui nous fait faire le tour du studio, il y a beaucoup de costumes, de maquettes, de véhicules ou d’armes d’Orques ! Les photos sont par contre interdites donc pas de souvenirs…enfin si en fait !

image

Pour la suite de la journée nous retournons vers le centre de Wellington qui n’a jamais aussi bien porté son surnom, Windy Welly, car le vent souffle encore énormément…le bon côté c’est qu’il chasse les nuages et c’est sous un soleil timide que nous montons sur un des points culminants de la ville, le Mont Victoria. De là-haut la vue est spectaculaire, sur la baie de Wellington et sur les différents quartiers de la ville. On en profite pour faire une petite ballade aux alentours, là encore lieu de tournage du Seigneur des Anneaux…ben oui rappelez vous le début de la Communauté, le “sortez du chemin !” de Frodon…eh bien c’est ici.

image

image

Nous regagnons le centre via le quartier de Mount Victoria situé en contrebas de la colline…nous nous garons d’ailleurs dans ce quartier et faisons la visite à pied. Le coin est très sympa, les maisons nous font un peu penser à San Francisco.

image

Nous regagnons le centre à pied et mangeons sur le pouce dans un bar basque (!) situé prêt du bord de mer. Nous passons devant l’Ambassy, cinéma des « Premières » du Seigneur des Anneaux.

image

image

image

La promenade de bord de mer est ce soir beaucoup plus belle, vu le changement de météo. Nous en profitons pour nous balader le long des quais, il y de gros bateaux dont celui de Sea Sheperd, le Bob Barker, très actif en NZ. Puis nous abordons le Civic Square, une grande place avec de nombreuses sculptures maories.

image

image

image

image

Bien fatigués nous rebroussons chemin vers notre bolide, et retrouvons ce soir avec grand plaisir un vrai lit…demain ce sera petit déjeuner avec Howard et surtout…devant le rugby à la TV car les All Blacks jouent en Angleterre…marrant de regarder un match à 8h du matin avec un café…plutôt qu’avec une bière !

Vendredi 21 Novembre 2014

Aujourd’hui est un jour triste…car c’est notre dernier jour dans l’île du Sud. Et oui déjà deux semaines de passées, dans un sens on a vraiment l’impression d’être là depuis une éternité vu le nombre de choses que l’on a fait, les rencontres, les paysages… Et en même temps on se dit qu’il faudrait 10 fois plus de jours pour tout voir !

Nous émergeons donc de notre bolide avec un petit pincement au coeur, en se disant qu’on quitte une île magnifique, mais avec plein d’envie pour la suite du voyage !

Sitôt la fin du petit déjeuner nous prenons la route directement Picton, le grand port de l’île du Sud, point de départ des ferries vers Wellington. Au passage nous avons prévu quelques haltes dans la région autour de Picton, le Malbourough.

Cette région est mondialement connue pour abriter les plus grands vignobles néo-zélandais ainsi qu’une agriculture fruitière très développée. Plein de bonnes raisons pour la découvrir ! En plus le temps est relativement clément malgré quelques gros nuages…

Direction Blenheim, grande ville de la région où nous comptons faire quelque courses et surtout quelques dégustations ! Le trajet est relativement court, une heure environ, le paysage étant, comme hier, une succession de petites collines et de grandes pleines agricoles. Aux abords de Renwick,   nous rentrons dans le vif du sujet, les immenses champs de vignes se succèdent, on est bien dans le Malbourough !

image

La vigne est une vraie manne ici, les températures clémentes et les pluies abondantes succédant au grand soleil sont des atouts pour la culture du raisin. Beaucoup des domaines de Malbourough ont des noms français, certains domaines étant même gérés par des français depuis les années 70, lors de l’essort de la viticulture en Nouvelle-Zélande.

image

Pour nous ce sera une petite halte dégustation au domaine de Michael Seresin, un grand producteur de cinéma reconverti dans les vignobles et la culture d’oliviers. Ses vins sont réputés pour être excellents (mais pas bon marché !)  notamment les blancs, la spécialité de la région à travers le Sauvignon. Nous stoppons à la boutique attenante aux chais où une dame nous fait déguster, sans modération ! Les blancs sont effectivement très bons avec des mélanges de Sauvignon / Sémillon qui donnent des vins très équilibrés. On opte pour 2 bouteilles de blanc mais vu que le Merlot est aussi très sympathique on ajoute 2 bouteilles de rouge ! Les prix sont très variés, de 20 euros à 120 euros la bouteille… Bizarrement la dame nous a plutôt fait goûter le vin à 20 euros ! Pas plus mal de toute manière…

image

image

Après cette petite dégustation nous enchainons avec une visite qui me tenait à coeur…la brasserie Moa de Blenheim ! Et oui c’est assez surprenant mais un kiwi, ancien vigneron passionné de bière, s’est installé dans le coin. Et il en profite pour faire une des meilleures bières de Nouvelle Zélande, primée partout dans le monde, avec des spécialités géniales telles que la Sauvignon Porter, la Belgian Triple, la Triple Oak Rhum vieillie en fût de rhum…et j’en passe. Ici pas de dégustation (même si l’envie ne manque pas !) mais une petite razzia pour ramener au pays…d’autant plus que cette bière est introuvable en France. Attention quand même à ne pas trop charger la valise car on s’apercevra plus tard que les quantités sont contrôlées à l’aéroport mais ça c’est une autre histoire…

image

image

Les publicités excellentes de la brasserie

Après quelques courses au Pak N’ Save,  un supermarché où tout est en grosse quantité, nous prenons la route de Picton, située à quelques kilomètres de là.

image

En fait même si Picton est le grand port de la région, la ville en elle-même est assez petite, de plus nous sommes hors saison ce qui fait que beaucoup de commerces et de restaurants sont fermés. Nous choisissons sur les conseils du guide Frogs le restaurant The Café, sur le front de mer. La cuisine est locale, l’équipe est jeune et super dynamique, nous en profitons pour goûter les spécialités du coin…Pour moi ce sera fishbait (petite friture de poisson local) et pour Emilie les green mussels, les moules vertes de la région qui sont énormes !

wpid-68e62136-afa7-4560-b4aa-8ece2e69387b_wm.jpg

« Euh…c’est des moules de Tchernobyl ? »

 

 

Bien rassasiés nous en profitons pour faire une petite balade digestive sur les hauteurs de Picton, en direction du « Snout », le groin, une colline qui surplombe Picton et s’avance dans la mer… Le début de la randonnée se situe juste en face du restaurant (mais on en quand même bien galéré pour le trouver !)  on serpente en crête pour finalement se retrouver au bout du groin, avec un panorama exceptionnel sur les Malbourough Sounds. Et comme toujours en NZ même au milieu de nulle part on retrouve petite table, banc et bien sûr toilettes ! Le tout toujours impeccable…

image

image

Nous faisons le chemin en sens inverse vers la ville en profitant toujours de ces magnifiques paysages qu’offrent les Sounds. Au passage nous apercevons le ferry qui nous amènera demain vers l’île du Nord.

image

image

image

La providence est même avec nous car je trouve un billet de 50 dollars sur le chemin…de quoi payer l’apéro du soir😉

image

image

Puis nous nous balladons dans le centre-ville de Picton (bon OK la visite est très rapide vu la grandeur de la ville) puis nous nous dirigeons vers le terminal des ferries, j’en profite pour changer l’horaire de départ car 9h c’est beaucoup trop tard, du coup on prend 6h30 histoire de profiter de la journée de demain ! Bon je vois bien que Emilie préférerait faire la grasse matinée mais elle prend sur elle…

image

Emilie fait copain copain avec le mouton le plus moche de Nouvelle Zélande

image

Coeur de baleine…taille réelle !

La dame du terminal est, comme toujours, adorable et nous fais le changement sans problème…elle nous conseille même sur l’endroit où passer la nuit. Mais ça par contre c’est un conseil en bois…en effet elle nous conseille de rester près du terminal, il y a quelques places en épi pour 4 camping-car et de fait il n’y a personne…on se dit super, comme ça demain on sera au plus près de l’embarcadère ! Après un petit repas et bien fatigués nous éteignons donc…Sauf que la dame a omis de nous préciser que le port est TRÈS bruyant, même la nuit et que les places de stationnement sont entre le port ET la gare…

image

image

Camping car…kiwi style

Bref une bonne nuit toute pourrie en perspective. On se console en se disant que demain la dernière ligne droite de notre périple va débuter…et qu’il faut bien en profiter !

 

 

Jeudi 20 Novembre 2014

La nuit fut calme – entendez par là que les revenants voisins ne se sont pas manifestés !- et c’est sous un temps brumeux que nous émergeons de notre camping-car,  mais je vois au dessus des montagnes avoisinantes un petit rayon de soleil encourageant. Plutôt bien quand on sait qu’aujourd’hui au programme c’est plage ! Nous avons prévu de passer la journée dans le parc national le plus au nord de l’île du Sud, l’Abel Tasman National Parc… Au menu des grandes plages de sable fin et des criques majestueuses. On oublie quand même pas notre tendance sportive du coup ce sera randonnée le long des différentes criques en empruntant pour cela une des Great Walks, les plus grands (et les plus fréquentés !) sentiers de randonnée de NZ.

Nous prenons la route direction Marahau, début du sentier littoral de la Great Walk,  pour 2h de périple. Nous empruntons toujours la Buller Gorge qui serpente le long de la rivière Buller.

image

Plus nous avançons plus le temps se dégage et l’on se dit qu’enfin c’est le retour du soleil ! La première partie du trajet suit donc le cours d’eau puis nous abordons ensuite la région agricole du Nord de l’île du Sud…le paysage est encore une fois magnifique, on a quitté la Buller Gorge et son côté Amazonie pour rentrer dans un paysage verdoyant fait de petites collines et de grands espaces agricoles. La région est un peu le fournisseur officiel de la NZ en kiwis, pommes et même en houblon. Pas étonnant qu’il fasse de la bière et du cidre dans le coin ! On retrouve le long du chemin une de ces petites guérites bien pratiques où l’on fait des provisions pour la suite du séjour. Et là attention car les prix défient toute concurrence: 1 euro 50 le sachet de 30 kiwis et pareil pour un sachet d’une vingtaine de pommes…ça donne envie de manger des fruits et de consommer local !

image

Pour le trouver c’est sur la Motueka Valley Highway après Ngatimoti… On trouvera un peu plus loin des salades mais n’ayant plus de place dans le micro frigo du camping-car on passe notre chemin.

Nous arrivons après 2h de route à Motueka, dernière grande ville avant le parc d’Abel Tasman. C’est une ville vraiment charmante, on sent que l’on est proche de la mer, le climat est bien plus clément ici et là qualité de vie s’en ressent. Nous nous arrêtons le long de la grande artère principale pour finaliser le pique nique de midi avec une baguette..enfin ce qui ressemble à une baguette ! Les Néo Z n’étant clairement pas les spécialistes du pain on se contente de ce que l’on trouve. Il reste peu de chemin à parcourir jusqu’à la mer, nous traversons de nouveau des grandes plaines agricoles puis nous abordons la fin du parcours en empruntant une route sinueuse cheminant sur des petites collines.

Arrivés à Marahau nous nous garons sur le grand parking qui nous fait comprendre qu’en été il doit y avoir énormément de monde. Mais aujourd’hui pas de problème seules quelques promeneurs nous accompagneront pour notre petit périple.

image

La météo est toujours au beau fixe et nous attaquons la randonnée qui nous amènera…ben on sait pas vraiment où mais on trouvera bien comme d’habitude ! Le sentier est majoritairement un sentier littoral niché dans une forêt de fougères gigantesques, et ça et là nous apercevons de grandes criques de sables fins et une eau magnifique qui appelle à la baignade.

image

image

Après quelques minutes nous abordons les premiers chemins qui descendent vers la plage mais nous décidons de pousser encore un peu plus loin, jusqu’à Stillwell Bay. Il nous a fallu environ une heure de marche jusqu’ici. La plage de Stillwell Bay est magnifique, on comprend l’engouement des touristes pour l’Abel Tasman Park…l’eau quant à elle est certes très belle mais surtout très froide ! A priori l’été la température est plus clémente mais aujourd’hui pour nous ce sera juste trempette des pieds !

image

image

image

image

On en profite quand même pour bien lézarder sur la plage et se balader le long du rivage qui nous offre une vue magnifique sur les criques alentours et sur Adele Island, l’île en face de la plage. Les premiers kayaks de touristes commencent à débarquer, ce n’est pas la grosse affluence de la haute saison et c’est tant mieux. Ça nous donne envie d’essayer le kayak mais encore une fois le manque de temps nous en empêche (et puis les 20 km de navigation dans le Fiordland étaient déjà pas mal !).

image

image

image

Après un bon petit pique nique on décide de regagner notre engin en empruntant le même chemin en sens inverse. La végétation est vraiment grandiose, la région est plus clémente au niveau du climat et les arbres sont donc plus variés, des fougères évidemment mais aussi beaucoup d’arbres à fleurs. L’avantage évident du parc est qu’il est uniquement accessible à pied, aucune route ne le traverse et, comme souvent en Nouvelle-Zélande, malgré les touristes présents on a l’impression d’être seuls au monde ! C’est donc avec regret que l’ on quitte le parc, en se disant qu’il faut vraiment y accorder plus de temps si on le peu.

image

Après avoir visité un étrange atelier d’artiste en face du parking (plein de sculptures maories faites de bric et de broc…) nous regagnons le camping-car et faisons route vers Motueka puis Nelson, la plus grande ville de la région…et pour la première fois en NZ nous allons rencontrer des embouteillages ! Pas vraiment le périphérique parisien mais quand même assez bluffant quand on voit le calme sur le reste du réseau..en fait Nelson est surtout la ville la plus dynamique du Nord de l’île du Sud, c’est également un grand port, ce qui attire beaucoup de monde. Nous arrivons dans le centre-ville vers 17h et là c’est le drame….et oui comme partout en Nouvelle-Zélande il ne faut pas espérer faire du shopping après l’heure du thé, car tout est fermé ! Les magasins ferment très tôt et après 17h les centres-villes deviennent désertiques..c’est assez déconcertant au début pour nous européens qui avons l’habitude des magasins fermants à 20h mais finalement c’est pas forcément un mal car en fait le soir les gens profitent de leur chez eux plutôt que d’aller « en ville »…

Mais bon pour le touriste lambda qui veut profiter des magasins en soirée c’est loupé !

image

Un petit tour dans Nelson et ses magasins fermés nous suffit donc, on espérait acheter l’Anneau Unique car le bijoutier qui le forge (le Sauron du coin en fait) à un magasin ici mais lui aussi est fermé…
Tant pis pour notre Précieux on repartira sans lui ! Nous prenons ensuite la route pour notre havre de paix pour ce soir, ce sera un camping du DOC situé à une cinquantaine de kilomètres de Nelson, dans un site magnifique au dessus de la rivière Pelorus….mais si, vous la connaissez forcément, c’est la rivière que les Nains descendent en tonneau dans le film le Hobbit….

image

Pour nous pas de descente en tonneau ce soir, juste une descente de bière et une bonne douche chaude au camping du DOC qui est très bien tenu, avec des emplacements au milieu des kauris gigantesques…

image

image

Une belle nuit en perspective au chant des Tui, les oiseaux R2D2 !

 

 

Mercredi 19 Novembre 2014

Ce matin c’est au doux bruit de la pluie sur le toit du camping-car que nous sommes réveillés…puis bientôt de la grêle. Ça a son charme quand on est sous la couette mais malheureusement en camping-car on se dit que la journée va être un peu compliquée ! Mai bon on se console en profitant de nos derniers moments d’électricité…lumière et chauffage à fond ! On en profite pour faire sécher les vêtements de notre sortie running de la veille…ou comment transformer un camping-car en sauna pour pas cher !

image

Un bon petit déjeuner et un petit coucou à la famille en France via Skype et nous voilà parti, direction le Nord. Nous avions prévu un arrêt au Franz Josef Glacier mais vu les conditions météo ça nous paraît infaisable, le plafond étant très bas on ne verrait que le bas du glacier. Tant pis ça nous fera une bonne occasion pour revenir !

Nous continuons donc notre chemin vers le Nord, direction Hokitika, la ville de jade. C’est parti pour 2h de route sous un ciel bien menaçant, puis sous des trombes d’eau..nous traversons des paysages magnifiques, des forêts denses de fougères gigantesques et de multiples petits villages nichés au pied de montagnes verdoyantes. C’est très joli mais vu le temps on se contente d’admirer ça de loin, au chaud dans le camping-car. La West Coast est connue pour sa pluviométrie élevée, et on s’en rend bien compte !

Nous arrivons par la suite à Hokitika, la ville de jade ou plutôt de Pounamu en maori…c’est une variété particulière de jade, la néphrite, dont la région regorge. Elle est travaillée artisanalement et revendue par les commerces de Hokitika.

image

Un exemple de Koru

Difficile de s’y retrouver dans la multitude de magasins de la ville, dont certains ressemblent plus à des supermarchés qu’à des échoppes d’artisans. Il faut d’ailleurs faire attention car certaines boutiques revendent de la jade chinoise moins chère mais de moins bonne qualité.

Pour notre part nous faisons confiance au guide des Frogz qui nous conseille une petite boutique sur Tancred St, un peu à l’écart du centre. Il s’agit de Traditional Jade Co, tenue par une famille maorie et de taille beaucoup plus raisonnable…La patronne du magasin est très sympa, elle nous confirme que novembre est une excellente période pour visiter la Nouvelle Zélande…a part peut être pour le temps ! A priori Hokitika en saison est noire de cars déversant des flots de touristes venus admirer la jade locale. Aujourd’hui pas de risque d’être bousculé par la foule vu la météo, et après avoir acheté un pendentif en forme de Koru (symbole sacré maori) et un bracelet en jade, nous nous promenons rapidement sur les bords de la Mer de Tasman qui jouxte le magasin. Nous en profitons pour visiter Hokitika, une charmante petite ville mélant bâtiments victoriens et magasins plus modernes. Ca peut paraitre surprenant mais la majorité des centre villes en NZ sont ainsi et on s’y fait !

image

image

On ne s’attarde pas et finalement c’est bien frigorifié que nous rentrons au camping car…un bon brunch oeuf tartine bacon et c’est reparti pour de nouvelles aventures au pays des kiwis..mais bon au vu de la météo je décide de faire une activité culturelle en intérieur : on va visiter une brasserie !

Direction Greymouth, à environ 40 km au nord de Hokitika, et pour cela nous empruntons une route bien droite longeant la Mer de Tasman, ce qui pour le coup est grandiose vu les rouleaux s’écrasant sur la plage. Une demi heure plus tard nous nous garons sur le parking de la brasserie Monteith’s, une de bières le plus connues en NZ…et accessoirement celle que je bois tout les soirs après une dure journée de labeur conduite, et Emilie est fan de leur cidre.

image

La brasserie vient juste d’être renovée, il y a tout ce qu’il faut pour l’amateur de bière : resto, boutique et bar. On attaque la visite des coulisses de la brasserie avec les différentes cuves, puis l’unité d’embouteillage…la visite est très rapide et pas vraiment fouillée mais bon s’en contente et finalement le Graal…la dégustation de 3 bières de la brasserie.

image

image

image
Pour les connaisseurs les bières néo-zélandaises sont bien influencées par la culture britannique…donc rien de grandiose mais des IPA de bonne qualité quand même. Dur de boire une trappiste belge par contre…on trouvera finalement de bonnes bières plus tard mais ça c’est une autre histoire.
Un petit passage aux toilettes histoire de rigoler…

image

C’est bien bon tout ça mais j’y vais molo car la police n’est pas joueuse avec l’alcool au volant. On repart ensuite avec quelques souvenirs et sous le soleil !

Nous continuons vers le nord en empruntant la West Coast Road toujours aussi majestueuse, elle suit la côte en plongeant le long de grandes falaises bordant la mer parsemée d’énormes rochers. Sans nul doute une des plus belles routes de notre périple. Nous en profitons pour faire une petite ballade que nous conseille Scott Cook dans NZ Frenzy…et là aussi ce sera une des plus belles de notre voyage. Pour cela il faut faire environ 20 km vers le nord et se garer au niveau de Akarora Creek.

image

image

Ensuite on emprunte un sentier qui descend jusqu’à la plage…et là le spectacle commence ! On se retrouve sur une plage de sable gris noir, au pied d’une côte sauvage et escarpée avec une vue majestueuse sur la Mer de Tasman parsemée de grands rochers…ca se décrit difficilement, ça se vit plutôt ! La Mer étant déchainée cela rajoute encore à la magie des lieux.

image

image

Le seul regret est qu’il vaut mieux consulter les marées avant car c’est une ballade à faire absolument à marée descendante sinon il y a risque de se faire piéger…ce qui n’est pas le cas pour nous donc nous remontons un peu plus rapidement que prévu dans notre camping car. Nous prenons la route pour un des sites les plus connus de NZ, à Punakaiki, les Pancake Rocks. Il s’agit de formations rocheuses composées de strates de pierres empilées qui ressemble ainsi à des piles de crêpes.

En chemin nous allons trouver une des choses qui nous aura le plus étonné en Nouvelle Zélande et qui montre bien l’état d’esprit de ses habitants.

Sur le bord de la route j’aperçois, en allant vers Punakaiki, une petite cabane bleue…ma curiosité étant titillée je décide de m’arrêter voir de quoi il s’agit. En fait il s’agit du stand de vente d’un apiculteur local qui vend sa production au bord de la West Coast Road…sauf qu’il n’est pas là ! Il dispose ses pots de miel sur son stand avec le prix sur chaque pot, et sur le côté il a placé une petite boîte pour le paiement. On opte pour 2 pots de miel de manuka et on repart en se disant que ce genre de chose serait difficile en France ! Ça vous montre en tout cas la confiance des Néo-zélandais et leur façon de penser.

image

Quelques minutes plus tard nous arrivons sur le site de Punakaiki, les Pancake Rock nous accueillent sous un ciel pluvieux, ce qui n’est pas forcement un mal car il s’agit d’un des sites les plus visités de Nouvelle Zélande…et aujourd’hui il n’y a personne. En plus la marée est cette fois avec nous car il est important qu’elle soit montante. Le spectacle de la Mer de Tasman se fracassant sur ces empilements de strates et s’engouffrant dans le labyrinthe de roches est grandiose. Partout ça vrombit et ça bouge, finalement le mauvais temps est plutôt un plus !

image

image

image

Nous regagnons notre engin bien humides mais émerveillés par le spectacle de la nature…mais bon c’est pas le tout mais il est 18h et vient le moment fatidique du choix de l’endroit où l’on va dormir ! Comme d’habitude pas vraiment d’idée mais je continue à rouler vers notre destination de demain et je me dis que je vais forcément trouver un coin sympa !

Et de fait la route est fabuleuse, nous longeons la Buller River, une sorte d’Amazonie version NZ. La route passe le long de ce fleuve en le suivant au plus près , elle serpente au fond de grandes gorges au pied de falaises abruptes. Le soleil est maintenant de la partie et avec la brume au dessus de la rivière cela donne un spectacle magnifique.

image

image

Au bout d’une petite heure de route je me décide à m’arrêter au camping du DOC le plus proche qui se trouve être au beau milieu de cette vallée de la Buller River. Nous stoppons donc a Inangahua, prêt de l’ancien village de Lyell. Il s’agit d’un village abandonné après les années 1900. En effet il y a eu, comme aux États-Unis, une ruée vers l’or à la fin du 19ème siècle et on trouve en Nouvelle-Zélande de nombreux vestiges de cette prospection. Le camping du DOC est placé près de l’ancien site de Lyell dont on retrouve les traces dans la forêt. J’en profite pendant que Émilie prépare le dîner pour me balader aux alentours…et après 5 minutes de marche je me trouve dans l’ancien cimetière de Lyell. Au beau milieu de la forêt ça surprend mais en bon fan de Stephen King ça me plaît bien !

image

image

…mais bizarrement ça plaît beaucoup moins à Émilie qui n’a pas envie de dormir à proximité d’une certaine Mary Elizabeth, morte il y a plus de 100 ans. Finalement on se couche bien fatigués en se disant que les morts ne devraient pas trop faire de boucan de toute façon.

Voilà pour notre périple du jour, beaucoup de kilomètres mais ça en valait la peine, nous avons vu une multitude de paysages tous plus beau les uns que les autres et ce malgré le mauvais temps. Comme quoi même sous la pluie la Nouvelle Zélande reste un pays fabuleux.

Mardi 18 Novembre 2014

Après une bonne nuit de sommeil réparatrice pour se remettre des émotions de la veille (mais un peu perturbée quand même par un vent qui a méchamment secoué le camping-car !) nous nous dirigeons vers le nord du lac Wanaka, plus précisément vers la plaine et le village de Makarora. J’ai réservé ici une surprise pour Emilie, un petit plus pour notre voyage de noce. Il s’agit d’un circuit nommé Siberia Valley Experience, un vol de 30 minutes au dessus du Mount Aspiring Park, un atterrissage au cœur des montagnes dans la Siberia Valley, une marche de 3h dans une foret native de Nouvelle Zélande et enfin un retour en jet boat jusqu’à Makaroa. Le rendez vous est pris pour 9 h, confirmé la veille par l’agence de Siberia Experience. Le temps est aujourd’hui magnifique, sans un nuage…mais avec beaucoup de vent. Et a priori c’est là qu’est le problème…arrivés au centre touristique de Makarora qui fait aussi café (très sympa d’ailleurs, idéal pour un petit café en regardant les montagnes), le pilote nous dit qu’il doit d’abord vérifier que le vent n’est pas trop fort pour voler.

image

Le petit centre touristique de Makarora

Aïe ça commence mal, moi qui attendait ce moment avec impatience je suis un peu déçu. Le temps pour nous de prendre un grand café (un VRAI café, pas comme celui en poudre que l’on prend tous les matins dans le camping-car!) et le pilote revient pour nous dire que les conditions sont trop mauvaises et que du coup il ne peut pas survoler les montagnes…il nous propose en remplacement un petit vol de 20 minutes au dessus des environs, avec une ristourne au passage bien évidemment. image On opte pour cette solution et finalement ce n’est pas plus mal car à bord du petit avion jaune ça secoue bien ! Même énormément et Emilie, qui n’a jamais pris de petit avion, n’est pas trop rassurée ! image image image image image image

image

Sur le côté le petit chemin où nous avons passé la nuit…

Le vol est quand même bien agréable sous ce soleil radieux, les cimes saupoudrées de neige sont magnifiques. Emilie est bien heureuse de retrouver le plancher des vaches et la douceur du voyage en camping-car ! Sous ce soleil radieux nous prenons la route vers le nord en direction du Haast Pass, un col qui permet de rallier la Côte Ouest..alors bizarrement quand on parle de col en NZ ce n’est pas forcement que je pensais…le Haast Pass culmine à…564 mètres ! C’est pas vraiment le Tourmalet…Par contre la route pour le traverser est une des plus belles de Nouvelle Zélande, elle suit le trajet de la Haast River à travers le Mount Aspiring National Park qui va se jeter sur la Côte Ouest dans la Mer de Tasman. Elle est bordée d’un forêt luxuriante, de montagnes abruptes et de chutes d’eau grandioses…La route ressemble un peu à celle menant au Milford Sound, l’impression d’être dans un paysage fantastique, on pousse des « wahou » à chaque virage, et on s’arrête tout les kilomètres pour voir un paysage, une chute d’eau, une rivière…on commence par s’arrêter aux Blue Pools, des cuvettes remplies d’eau d’une rivière glacière qui se jette dans la Makarora River…l’eau est magnifique et donne envie de s’y tremper mais a priori à cette époque de l’année il faut du courage ou une bonne combinaison. La suite de la route qui nous mène vers la Côte Ouest est tout aussi magnifique, nous nous arrêtons pour une courte ballade vers les Fantail Falls, une chute d’eau pas très haute (23 mètres) mais très jolie. image image Au bout de deux heures de route nous arrivons à l’embouchure de la Haast River, la Mer de Tasman est déchainée, nous décidons de pique niquer sur la plage sur la route de Jackson Bay (bon en fait sur la plage mais à l’intérieur du camping-car car il y a vraiment trop de vent…) avant d’attaquer la remontée le long de la West Coast. Cette côte est très tourmentée et tortueuse, les forêts denses plongent à pique dans la mer avec des falaises abruptes et déchiquetées par la Mer de Tasman. Nous passons par Knights Point, une suite de rochers éparpillés dans la mer…c’est magique. wpid-df7931cb-331e-4091-9721-716c13198ff0_wm.jpg La végétation le long de cette route de la Côte Ouest est plus verdoyante car le climat est ici encore plus humide…du coup nous suivons une route qui traverse une vraie jungle constituée de fougères géantes (on pense au début que ce sont des palmiers !) et de grands lacs entourés d’une végétation dense. La suite du voyage nous amène à Fox Glacier, un des nombreux glaciers de NZ, celui ci à la particularité de descendre très bas dans la vallée. De fait c’est vraiment spectaculaire quand on y réfléchit car le bas du glacier est situé seulement à 300 mètres d’altitude…c’est comme si on avait un glacier à Grasse…cela est dû au fait que le glacier de Fox est, contrairement aux autres, constitué des ruissellements d’eau des pluies très importantes. C’est d’ailleurs un des seuls glacier au monde qui gagne en longueur. Ce soir nous choisissons le grand luxe en nous offrant une nuit au…camping ! A nous les douches chaudes, la lessive, le Wifi, la lumière à fond dans le camping-car…bref le bonheur d’une vie civilisée. Nous optons pour le Top 10 Holidays de Fox Glacier, camping simple mais pratique proche du petit village de Fox Glacier. Il est également situé près d’un lac magnifique, le lac Matheson, qui a la particularité de refléter les montagnes environnantes de manière spectaculaire. Le temps est un peu chargé mais nous décidons d’en profiter en joignant l’utile à l’agréable et décidons de faire un petit footing autour du lac qui se trouve à 2 km du camping.

image

« Mais où sont mes chaussures ?… »

La première partie du parcours est sans grand intérêt, nous longeons une route bien droite bordée de pâturages puis rapidement nous arrivons sur les berges du lac Matheson. A l’entrée du parc se trouve un centre touristique très bien aménagé, doublé d’un petit restaurant. Tout est beau et propre, la touche Néo Zelandaise est bien là…on devrait encore une fois prendre exemple ! Je m’arrêterais bien boire une bonne bière bien fraîche mais bon on est là pour courir alors on continue en prenant le chemin qui fait le tour du lac. image image image La grande pluviométrie de la région se fait ressentir ici également, le lac est entouré d’une épaisse forêt humide couverte de fougères et de mousses diverses. Nous avons de la chance car vu le temps maussade nous sommes seul autour du lac, là où des hordes de touristes se massent à la haute saison. Bon le mauvais côté c’est que côté vue c’est très moyen…le fameux lac est certes très beau mais à part des nuages il ne reflète pas grand chose ! Tant pis pour la vue on profite de la flore…puis de la faune car on fait connaissance avec un des oiseaux endémique de la Nouvelle Zélande, le pukeko, sorte de poule sauvage très curieuse et pas farouche. image image image image Et c’est à ce moment que nous nous apercevons que le temps est en train de méchamment tourner à l’orage…on se presse de reprendre le chemin du retour mais c’est peine perdue..et là on va apprendre à nos dépends qu’en NZ il faut TOUJOURS UN KWAY dans le sac, même si le temps ne paraît pas menaçant ! Ça tourne très vite au vinaigre ! Et c’est sous des trombes d’eau, et bientôt de grêle, que nous essayons tant bien que mal de rentrer. Nous arriverons bien trempés et frigorifiés au camping mais bien content de ce petit footing (bon c’est vrai qu’on était à deux doigts de finir en kayak…) De fait ce soir on apprécie réellement le camping et la vraie douche chaude qu’on peut faire durer longtemps sans vider toute la réserve du camping-car ! Pour terminer cette belle journée nous décidons de nous faire un bon restau à Fox Glacier Village et nous optons pour « Cook and Saddle », le restaurant du coin où tout les habitués du village se retrouvent le soir… La décoration est sympa, à mis chemin entre le saloon et le chalet de montagne, et surtout Emilie est heureuse car il font des steaks énormes ! Pour moi je reste fidèle au plat national Néo-zélandais, le Fish and Chips, arrosé d’un bon litre de bière du coin. Fallait bien ça pour se réhydrater après le footing… image image Un aperçu de notre périple du jour :

Lundi 17 novembre 2014

La nuit est excellente après la journée bien remplie (et bien fatiguante !) de la veille, et c’est bien reposés que nous attaquons cette journée…qui devrait être bien chargée elle aussi. Un peu de route à travers les plaines et collines verdoyantes de l’Otago, avec au loin les sommets des montagnes enneigées..le bonheur ! Tout ça sous un soleil radieux. Bref c’est une belle journée qui s’annonce. Nous arrivons à Kingston (yeah man!), première bourgade longeant le lac Wakatipu, un des plus long lac de NZ. Le paysage est superbe, le lac Wakatipu est bordé de magnifique montagnes abruptes et enneigées, les Remarkables. Ce site est le coin préféré de tournage de Peter Jackson, on le retrouve dans tout ses films…et dans bien d’autres films d’autres réalisateurs. Bref vous l’avez sûrement déjà vu ! Le lac Wakatipu est un lac énorme, tout en longueur, et pour les Maoris c’est un site sacré. Selon la légende le lac serait formé par les cendres d’un géant endormi et les différents bras du lac seraient les membres du monstre…et les variations de hauteur du lac les battements du coeur du géant ! Toutes les légendes et croyances maoris sont en lien avec la nature et la protection des êtres vivants…plutôt sympa comme croyance !

La ville la plus importante de la région est située au bord du lac, c’est la capitale des sports extrêmes: Queenstown. Plus largement c’est l’endroit qui bouge en NZ, une sorte de station huppée et un peu m’as tu vu. Enfin ça reste la Nouvelle Zélande donc c’est relatif ! Le centre ville est plutôt coquet et classe, un Megève en NZ quand même ! La population est jeune et fun, tout le monde vient ici pour s’éclater…dans tout les sens du terme ! Ici on retrouve tout l’esprit aventureux des kiwis, tout les sports un peu fous sont représentés: bungy, jetboat, héliski, balançoire géante…etc. Il y a de quoi bien s’amuser…enfin si on y met le prix car toutes les attractions ont un coût assez élevé.

Après avoir bien galéré pour garer le monstre qui nous sert de maison, nous faisons quelques courses et prenons ensuite à pied le chemin du centre ville avec comme idée de manger au Fergburger, le meilleur burger de NZ…mais devant la queue qui s’étire devant le restaurant ce sera tourtes et bières dans la boulangerie d’à coté, la Ferg Bakery ! A peine le temps de digérer et nous prenons ensuite la route pour l’attraction du coin à ne pas manquer…un tour de jetboat ! Il s’agit de bateaux super rapides équipés de turbines (à la manière des jet skis) qui leur permettent de passer pratiquement partout, même sans beaucoup de fond. Et ce à une vitesse bien plutôt élevée…Nous choisissons la compagnie la plus connue qui exploite surtout le site le plus grandiose, le Shotover Jetboat. Le site est à une dizaine de minutes de Queenstown, la rivière Shotover coule au milieu d’un canyon escarpé et les jetboats filent à fond entre les parois du canyon. Ca va être bien sympa cette histoire ! image image Le show est bien rodé, on arrive et de suite on nous prend en photo « souvenir », puis le temps de vite enfiler une cape imperméable et un gilet de sauvetage et c’est parti ! Les sensations sont vite grisantes, on sent que le pilote connaît le canyon comme sa poche du coup il frôle de très près les parois et enquille les 360 à fond les ballons…le paysage est en plus magnifique ce qui rajoute à l’attrait du jetboat. Le pilote discute bien avec nous pour nous donner plein de détails..les moteurs du bateau font 700 chevaux (ce qui explique qu’il fait le plein de gasoil pratiquement à chaque tour !) J’étais un peu sceptique sur l’intérêt du jetboat et en fait on se prend vite au jeu…ça vaut vraiment le coup !

SHJT_20141117_ebf8e78a-5e07-465d-9fef-23a6031c1088

DCIM102GOPRO

aa6eca9c-c473-45c3-9f52-602a6989f1ca_wm

De retour sur la terre ferme nous enchaînons par une autre activité bien « kiwi style »…enfin surtout moi parce qu’Emilie a décidé cette fois de me regarder faire…ce sera donc bungy pour moi seul ! Le bungy c’est la spécialité kiwi, ce sont les premiers à l’avoir commercialisé…le saut à l’élastique en français dans le texte. En fait je n’étais pas vraiment sûr de moi mais vu que notre route nous fais passer près du Kawarau Bridge, le premier site de saut en NZ, je me dis qu’il serait dommage de passer à côté ! image Le site est en plus superbe, c’est le lieu de tournage du Seigneur des Anneaux, « Pilars of the King » mais les deux statues ne sont pas là car créées par ordinateur. Le site de saut est une vraie usine, c’est un complexe dédié aux sports « fun ». Je me décide rapidement et c’est parti ! Une fille me pèse et me note un numéro sur la main et hop, direction le pont où des gars super fun t’harnachent et t’expliquent comment faire un beau saut, sans t’écraser comme une m….. J’opte pour le toucher d’eau (ben oui tant qu’a faire), 43 mètres plus bas. On se rend vraiment compte de la hauteur uniquement au dernier moment (ce qui n’est pas plus mal) et le gars en haut sait te mettre en confiance…du coup il me dit 1,2,3 et hop c’est parti ! image Les sensations sont excellentes, on n’a qu’une envie c’est d’y retourner ! Mais quand je vois ma tête une fois revenu sur la plateforme je me dis qu’il vaut mieux attendre un peu ! image

bc83f0eb-2c3c-4dd8-9ba9-0324aefd48d4_wm

49d8d22f-c0b4-429b-a812-e3e83837aa93_wm

C'est par où les toilettes ?

C’est par où les toilettes ?

Nous prenons ensuite la route vers le lac Wanaka, un des plus beaux de la région, pour cela nous empruntons une petite route qui passe par les stations de ski de Cardrona, un ancien village de chercheurs d’or. Il y a en effet beaucoup de relique de la Ruée vers L’Or qui a eu lieu comme aux Etats Unis dans les années 1880. image

La route est tortueuse mais magnifique et nous monte rapidement au dessus de Queenstown et nous donne un aperçu du lac Wakatipu. Nous arrivons en fin d’après midi à Wanaka, petite ville blottie au bord du lac éponyme.

image

image

Elle est également une jolie station balnéaire mais plus calme que Queenstown…et accessoirement on y produit un excellent vin blanc ! Nous faisons une petite promenade au bord du lac, la vue sur les montagnes du Mount Aspiring au loin est magique avec le soleil tombant. La route est encore longue donc nous décidons de repartir pour s’approcher de notre destination de demain. Pour cela nous longeons les différents lacs qui s’entrecroisent ici: le lac Wanaka puis le lac Hawea et de de nouveau le lac Wanaka.

fdad0962-6dba-48fc-82e6-2c76b99e8f02_wm

image La route est grandiose, elle passe au plus près des lacs, on surplombe ceux ci et les montagnes environnantes sont grandioses…c’est sans nul doute une des plus belles routes que nous emprunterons durant notre périple. Ici nous n’avons que l’embarras du choix pour trouver notre petit coin où dormir cette nuit…la région foisonne de petit endroit au bord des lacs et c’est au bord du lac Wanaka que nous décidons de dormir. image

image

Cette fois nous sommes seul et nous le resterons. Nous dormons sur un petit parking juste au bord de l’eau, un peu avant le camping officiel du DOC, Boundary Creek. Le soleil couchant donne une couleur magnifique aux montagnes encore saupoudrées de neige et malgré le vent glacial j’en profite pour immortaliser le moment…

Un petit aperçu du périple d’aujourd’hui: